LES AVANT-CONCERTS

Évian . La Grange au Lac

Amoureux, curieux, passionnés des musiques, ne manquez pas ce nouveau rendez-vous que vous propose la Maison des Arts du Léman avant certains des concerts programmés à la Grange au Lac cette saison. C’est l’occasion pour les spectateurs de découvrir les compositeurs et les œuvres musicales du programme, quelques minutes avant l’entrée en salle, avant de rejoindre son fauteuil. Une conférence conviviale pour donner à chacun les moyens d’une plus grande approche des œuvres jouées, d’une meilleure écoute.
Les Avant-Concerts sont animés par Louis-Jean Gachet, Conservateur général du patrimoine honoraire à Dijon, et grand mélomane passionné.

Samedi 25 septembre à 19h30
Avant le concert de l’Orchestre National de France
Présentation des œuvres de Florent Schmitt et Dimitri Chostakovitch

Samedi 27 novembre à 19h
Avant le concert de l’Orchestre
Philharmonique Royal de Liège
Présentation des œuvres de César Franck et Bohuslav Martinu

Samedi 22 janvier à 19h
Avant le concert de l’Orchestre des Pays de Savoie
Présentation des œuvres de Arthur Honegger et Dimitri Chostakovitch

Samedi 26 février à 19h
Avant le concert de l’Orchestre
Philharmonique Ose !
Présentation des œuvres de Gustav Mahler et Jean Sibelius

L’accès aux Avant-Concerts est gratuit mais réservé aux spectateurs en possession d’un billet pour le concert du soir.

Rencontre avec Louis-Jean Gachet

Maison des Arts. Vous voilà depuis peu Thononais d’adoption. Vous êtes Conservateur général du patrimoine honoraire mais vous nourrissez une passion certaine pour la musique.

Louis-Jean Gachet. En effet, je suis un vieux routier du monde culturel, et j’ai d’ailleurs consacré une partie de ma carrière au patrimoine savoyard auquel je demeure très attaché, mais la musique a toujours nourri mon âme, et ce depuis mon enfance. J’ai tout de suite repéré que le programme des concerts proposés par la Maison des Arts du Léman étaient particulièrement attractifs.

M.A. Vous êtes un grand mélomane, passionné aussi par l’histoire de la musique et la médiation des œuvres.

L.J.G. Vous avez raison de me qualifier de « mélomane » car ce serait là ma seule et modeste prétention. Autant le préciser d’emblée, je ne suis ni musicien, ni musicologue, et ne souhaite en aucune façon empiéter sur les compétences et les prérogatives de ces professionnels. Mais il est vrai que j’ai toujours eu le souci de partager mes émotions musicales, de faire découvrir à d’autres ce qui me faisait vibrer. Dès mes années de lycée, quand l’occasion s’en présentait, je faisais écouter à des copains certaines œuvres qui m’enthousiasmaient. Je me souviens ainsi d’avoir tenté d’en amener certains au Requiem de Berlioz, ou à l’Oeuvre d’orgue de Bach, mes marottes de l’époque… J’ai toujours observé que de nombreux mélomanes potentiels apprécient de se faire guider lorsqu’ils rencontrent quelqu’un qu’ils peuvent identifier comme un néophyte comme eux, mais qui a déjà fait un bout de chemin par ses propres moyens dans la découverte des œuvres, et qui peut en quelques mots leur en faciliter l’accès. Cette préoccupation - cette manie ? - ne m’ont jamais quitté. Elles se sont même renforcées, peut-être en raison de mes responsabilités professionnelles en matière de patrimoine, la médiation y tenant une place de plus en plus importante.

Je travaille toujours avec des petits groupes au sein desquels j’ai eu la satisfaction de voir certains accéder à des œuvres difficiles après délivrance de quelques clés d’entrée. D’autres, qui ignoraient tout de l’opéra, sont devenus des wagnériens fervents et font régulièrement leur pèlerinage à Bayreuth où je ne suis jamais allé pour autant.

M.A. Quelles sont les œuvres programmées cette saison qui vous inspirent le plus, celles que vous allez nous faire découvrir ?

L.J.G. Chaque début de saison est pour moi l’occasion de dénicher dans les programmations telle ou telle pépite. Je m’intéresse particulièrement aux compositeurs moins ou mal connus, cela stimule mon envie de découvrir et de faire découvrir. Qui connaît encore Florent Schmitt, a fortiori son Palais hanté ? Qui sait ce qui se cache derrière la décoiffante Symphonie n°9 de Chostakovitch ? Qui connaît aujourd’hui Bohuslav Martinu en dehors du cercle très restreint de ses aficionados ?