En voyageur curieux et passionné, le cinéaste-compositeur Tony Gatlif n’a cessé d’être le compagnon des peuples nomades. Après Vertiges en 2007 et Django Drom en 2010, le voilà qu’il met en scène l’une de ses dernière créations avec Aman Café, un concert dédié à l’âme du blues de la Méditerranée : le rébétiko.

Ce blues, qui puise ses racines chez les exilés des communautés grecques et turques, a porté le cœur et l’esprit de Tony Gatlif à la réalisation de son dernier long-métrage, Djam, dont l’impeccable bande originale rassemblait certains grands chanteurs de Grèce et de Turquie. Sur scène, Aman Café en réanime le souffle émotif et festif, mais avec d’autres interprètes, un autre orchestre, et raconte l’exil de tout un peuple. « Le rébétiko, c’est la musique des mal aimés, une musique qui transcende la misère par l’émotion, le partage et le fêter ensemble », répète Gatlif.

PRESSE

Tony Gatlif réussit à restituer la spontanéité et la force cathartique de ces vieilles chansons, avec une instrumentation roots et des interprètes particulièrement émouvants, au lamento très oriental, à la voix parfois usée, qui font encore pleurer dans les tavernes d’Athènes en charriant la nostalgie des exilés et leurs chagrins imbibés d’ouzo.

Anne Berthod, Télérama

Mardi 2 juin à 20h30
Thonon . Théâtre M. Novarina

Tony Gatlif : mise en scène
Cem Köklükaya : chant, lafta
Melike Sahin : chant
Despoina Pagioula : chant
Ozan Tura : clarinette
Ozan Coban : violon
Vasileios Kasouras : oud
Evangelos Paschalidis : santuri
Konstantinos Velliadas : bouzouki
Burhan Hasdemir : derbouka/davoul


1h30


Plein tarif : 27 € • – DE 18 ans : 15 €
réduit : 23 € (- de 25 ans, dem. d’emploi)
Abonnés : 10 spec. et + : 20 €
3 spec. et + : 23 € • réduit : 15 €