Qu’elle est douce, l’oisiveté…  c’est ce que vont tenter de démontrer avec humour, finesse et profondeur ces deux vraies-fausses conférencières. L’une est une oisive naturelle, mais ne l’assume pas pleinement sous le regard des autres. L’autre voudrait l’être mais, empêtrée dans son héritage laborieux, elle en est pour l’instant incapable. Pour elles, l’oisiveté est un enjeu majeur dans ce monde où l’emploi est en voie de disparition, et où nos dirigeants devraient anticiper activement la fin du abeur de masse.… Partant de leur histoire, elles conférencent, devisent, se divisent, jouent, goisent et dégoisent sur cette oisiveté si naturelle chez les peuples premiers, si aristocratique chez les élites de « l’Ancien Régime », si méprisable dans le monde « moderne » ; cet otium, ce temps nécessaire au retour à soi qui n’est ni la paresse, ni la fainéantise, mais bien un moyen de réapprendre l’inutile apparent comme art de vivre. Nos deux pionnières ne sont pas au bout de leur quête. Alors, chaussons des charentaises et essayons donc l’oisiveté avec elles, au moins un peu, le temps d’un spectacle ou plus, si affinités. Parce que c’est bien « quand on fait rien, que l’on voit des affaires que les autres ne voient pas ». 

Compagnie Le Beau Monde 
Sur une idée originale de Yannick Jaulin
Ecriture collective : Yannick Jaulin,
Angélique Clairand et Valérie Puech
Mise en scène : Anne Marcel
Interprétation : Angélique Clairand et Valérie Puech


1h | Accessible à partir de 10 ans


chemins

Mercredi 21 mars à 20h
Orcier . Salle polyvalente

Jeudi 22 mars à 20h
Publier . Salle polyvalente

Vendredi 23 mars à 20h30
Morzine . Palais des Sports


PLEIN TARIF : 14 € • RÉDUIT : 12 € 
MOINS DE 18 ANS : 12 €
ABONNÉS : 12 €


> ACHETER

Enregistrer